Site officiel Béatrice Casadesus - Tous droits réservés
Built with Indexhibit
Webmaster and design Amélie Seydoux

BIOGRAPHIE


Française. Vit et travaille à Malakoff (92). Professeur titulaire honoraire de l'Ecole d'Architecture Paris-Malaquais (E.N.S.B.A.).

1942
Naissance le 1er janvier à Paris dans une famille de musiciens et d'acteurs. Affirme dès son plus jeune âge son désir de peindre.

1956-1959
Suit les cours d'Edmée Larnaudie à l'Ecole des arts appliqués à Paris. Dessine d'après Masaccio, Piero della Francesca, Goya... Côtoie A. Nouyrit, B. Pagès, G. Pane, C. Bange. Fait la connaissance du sculpteur Ossip Zadkine et de Valentine Prat.

1960-1966
Etudie la peinture, puis la sculpture à l'Ecole des Beaux-Arts, atelier d'Henri-Georges Adam. Participe au groupe de Théâtre antique de la Sorbonne aux côtés de Jean-Pierre Miquel, Jean Guiloineau, François Joxe, Bruno Mailhé, Philippe Lagard, Jacques Lacarière...

1964
Second Prix de Rome de Sculpture. Obtient une bourse d'études et séjourne en Italie. Lauréate de la Fondation de la Vocation. Reçoit une bourse d'Art monumental. Début d'une collaboration avec les architectes, notamment Antoine Stinco. Naissance de sa fille Juliette.

1966-1972
Réalise un grand nombre de sculptures monumentales dans le cadre de commandes publiques et pour la Caisse des Dépôts et Consignations.

1968-1969
Commence à enseigner dans les écoles d'architecture.

1970-1973
Participe à la création de l'unité d'enseignement et de recherche en art plastique à la Sorbonne. Voyage au Kenya et en Ethiopie, rejoint la Mission de paléontologie d'Yves Coppens dans la vallée de l'Omo.

1975-1977
Voyage en Malaisie, Birmanie, Thaïlande, Indonésie. Cesse la sculpture. Commence les « Brûlages » et « Dessins d'ombre » : travail sur l'apparition du dessin par frottement à la mine de plomb sur différents types de papier (référence à Seurat).

1978
Voyage au Japon. Animation visuelle pour « Ostéodrame », ballet-spectacle d'Alain Germain, Musée d'Histoire Naturelle, Paris. Décors de « Minuit pour Géants », ballet de Tristan Tzara, adapté et mis en scène par Alain Germain, musique de C. Baliff, Espace Cardin, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris ; Musée de Poitiers.
Commence les « Tramographies urbaines » (jusqu'en 1999). Réalisations en France et à l'étranger de nombreux muraux présentant des trames modulées, conçus comme des environnements. Jeu sur la variation de la perception visuelle, sur l'apparition et la disparition de l'image.

1980-2009
« Livres et Carnets » : poursuite d'une recherche sur la confluence de la poésie et de la peinture. Collaborations avec différents auteurs contemporains.

1980
Développe à partir de cette date jusqu'en 1989 les « Tramaturgies » : processus d'effacement du contenu iconique de certains modèles picturaux célèbres (Léonard de Vinci, Michel-Ange, Ecole de Fontainebleau) par superposition de trames et d'incisions. Se lie d’amitié avec le sculpteur Claude de Soria.

1983
Voyage en Chine - mission pour l'Association Française d'Action Artistique autour du thème L'art et la ville, conférences dans les écoles de Beaux-Arts.

1984-1990
Commence la série « Blancs volants », ainsi intitulée d'après le mot du poète Shih-t’ao : toiles et paravents en lin incisé. Jeu sur l'endroit et l'envers. Série qui introduit à la réalisation du « Grand livre des Pas », environnement spatial pour l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris (Arch.: Ch. de Portzamparc), Nanterre.

1990-2000
« Empreintes », exploration du thème de la matérialité de la peinture sur différents supports papier tels que papier Japon, toile de tarlatane, intissé...

1992-1994
Dirige l'atelier d'art monumental à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Nommée Professeur titulaire des Ecoles d’Architecture en Art et Représentation. Rencontre F. Morellet à New York, à l’occasion de leurs deux expositions aux services culturels de l’Ambassade de France.

1995
Voyage à Hong Kong et Macao, à l'occasion de l'exposition à la galerie « Museum Annex ».

1997
Parution d’ « Eloge de la lumière », entretien croisé de B. Casadesus, M. Benhamou et P. Loraux dans la revue Rue Descartes/15 du Collège international de philosophie (texte établi par D. Lyotard).

1997-2009
« Les Mues » : série de peintures froissées, présentées en boules au sol.
« Peintures sans fin » : grands rouleaux de peintures présentés de manière aléatoire dans l'espace.
« Papiers voilés » : série superposant papiers et voiles d'intissé.
Rejet de la traditionnelle position verticale de l'oeuvre, recherche de nouveaux modes de présentation.

1998-2000
« Traces » et « Autoportrait » : installations vidéo. Poursuit un travail sur les relations entre la peinture et l'espace en y introduisant des éléments sonores (voix lisant des textes).
« Les Transparents » : série de peintures-filtres et photos-filtres disposées librement dans l'espace.

2001-2004
Réalisation de sérigraphies sur verre et sur toile en collaboration avec l'atelier Eric Seydoux, Paris.

2007-2009
Développe à partir de cette date, une série de grandes peintures « d'Or et d'Azur » sur le thème de l'infini.